Sign in / Join
Tout savoir sur les différents types de contrats de travail

Tout savoir sur les différents types de contrats de travail

Document juridique incontournable, le contrat de travail scelle le lien entre le salarié et son employeur.  Convoité par les demandeurs d'emploi, il peut revêtir plusieurs formes. Si le CDI et le CDD sont les plus connus, plusieurs autres types de contrats de travail existent. Cette rubrique consacrée au contrat de travail présente les différents types et l'essentiel à savoir à leur propos.

Contrat de travail : présentation et nombre de types

Le contrat de travail est avant tout un document juridique obligatoire. Conclu être le salarié et l'employeur, il est le fondement du lien entre les deux. Dans ce contrat sont consignées, les règles des rapports entre les deux parties, leurs droits ainsi que leurs obligations.

A lire également : Quelles sont les primes en fin de CDD ?

La rédaction du contrat de travail est généralement encadrée par la loi. Généralement, le document doit renseigner sur le lieu de travail, le nom de l'employeur et du salarié, le poste occupé, les missions à charge, la rémunération, les congés, les périodes et la durée de travail, etc.

Au fil des années de nombreux contrats de travail ont vu le jour pour répondre aux besoins particuliers des entreprises. On distingue assez souvent 4 types de contrats de travail. Pour précision, les contrats de travail, quel que soient leur type, peuvent être à temps partiel ou à temps plein.

A voir aussi : Les clés pour mesurer l'efficacité d'une formation en entreprise

Contrat à durée indéterminée : le Saint Graal pour les travailleurs

Type de contrat de travail le plus célèbre, le contrat à durée indéterminée est le plus courant en entreprise. On l'appelle plus simplement CDI. Convoité par la plupart des demandeurs d'emploi, il est essentiellement caractérisé par l'absence de précision d'une période pour le contrat. Si son début est bien connu, son arrivée à terme n'est pas définie à l'avance.

Le CDI est un type de contrat qui présente une certaine stabilité et une garantie de l'emploi. Ce contrat de travail peut durer des dizaines d'années et prend généralement fin au moyen d'un licenciement ou d'une démission. Les règles de sa rédaction ainsi que les obligations qu'elle impose doivent être aussi bien connues de l'employeur que du salarié.

Contrat à durée déterminée : solution d'embauche intéressante

Tout savoir sur les différents types de contrats de travail

Le contrat à durée déterminée forme avec le CDI les deux types de contrats de travail les plus usités en entreprise. La principale différence entre ces deux contrats concerne la durée. Le CDD possède une durée bien précise. Son arrivée à terme est prévue à l'avance et le contrat prend automatiquement fin une fois l'échéance atteinte.

Souvent, les entreprises exploitent le CDD pour recruter des remplaçants ou pourvoir un travail saisonnier. Ce type de contrat doit être minutieusement exploité, car des possibilités de requalification en contrat à durée indéterminée existent. Pour éviter de telles évolutions, il faut s'en tenir à la durée inscrite dans le contrat de travail.

Contrat de travail temporaire : particularités essentielles à connaître

Connaissez-vous le contrat d'intérim ? Il s'agit à proprement parler du contrat de travail temporaire. Assez exploité aujourd'hui, il reste tout de même moins connu que le CDI et le CDD. Avec ce dernier, il présente quelques similitudes. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il se distingue toutefois complètement d'un contrat à durée déterminée classique.

Abrégé CTT, le contrat de travail temporaire fait intervenir une agence d'intérim. Cette dernière signe un contrat avec l'entreprise et met à sa disposition un travailleur intérimaire. Il n'existe pas de contrat entre le travailleur et l'entreprise. L'intérimaire est plutôt lié par contrat avec l'agence d'intérim.

Contrat d'alternance : mode de recrutement très apprécié

Dernier de notre liste, le contrat d'alternance est aussi un type de contrat très usité aujourd'hui. Sa particularité est qu'elle permet de cumuler formation et travail rémunéré en entreprise. De manière générale, le contrat d'alternance se décline en deux formes. D'un côté on retrouve le contrat d'apprentissage et de l'autre le contrat de professionnalisation.

Le contrat d'apprentissage ne peut être conclu que par les jeunes âgés de 16 à 25 ans. Sa durée varie entre 6 et 3 ans. Un régime particulier de protection est accordé au jeune travailleur ici. Avec ce type de contrat, le travailleur cumulé activité professionnelle et études dans le but de décrocher son diplôme.

Assez similaire au premier, le contrat de professionnalisation est également conçu pour les jeunes âgés de 16 à 25 ans. Sa particularité est qu'il s'ouvre aussi demandeurs d'emploi quel que soit leur âge. L'objectif ici n'est pas d'obtenir un diplôme, mais d'acquérir et d'approfondir des compétences professionnelles pour faciliter davantage son embauche.

Contrat de travail intermittent : une solution flexible pour les employeurs et les travailleurs

Le contrat de travail intermittent est une solution flexible pour les employeurs et les travailleurs. Son objectif est d'adapter la durée du contrat en fonction des besoins de l'entreprise ou du secteur d'activité. Il s'agit donc d'un type de contrat particulièrement avantageux pour les entreprises qui connaissent des fluctuations importantes dans leur activité.

Contrairement aux autres formules, le contrat de travail intermittent ne définit pas de durée minimale ou maximale hebdomadaire ou mensuelle. Les horaires sont négociables selon la période pendant laquelle l'employé sera sollicité par l'entreprise.

Il faut toutefois noter que ce type de contrat est soumis à certaines règles et restrictions légales. Le salarié doit être informé au moment où il signe son contrat sur ses dates potentielles d'intervention ainsi que sur leurs conditions.

De même, si un employeur souhaite conclure un tel accord avec son salarié, il doit respecter certaines formalités légales spécifiques à ce type de contrats, notamment concernant la formation professionnelle continue du salarié.

'Les entreprises sont très friandes des contrats intermittents car cela permet une grande souplesse dans leur organisation tout en garantissant flexibilité et sécurité juridique'.

Jean-Claude Delorme, Directeur général ressources humaines chez AVK France


Selon lui : 'C'est un win-win pour tous : les entreprises peuvent adapter rapidement leurs effectifs quand ils ont besoin sans se retrouver avec trop peu ou trop de personnel, et les travailleurs peuvent concilier leur vie professionnelle avec leurs activités personnelles ou leurs études, ce qui est particulièrement utile pour les étudiants, par exemple'.

Contrat de travail à temps partiel : avantages et inconvénients pour les salariés et les employeurs

Le contrat de travail à temps partiel, aussi appelé contrat de travail à temps partiel, est un contrat dans lequel la durée du travail est réduite par rapport à celle d'un emploi à temps plein. Ce type de contrat peut être avantageux pour les salariés qui souhaitent bénéficier d'un horaire flexible et concilier vie professionnelle et personnelle plus facilement.

Les contrats de travail à temps partiel peuvent aussi présenter des inconvénients pour les salariés. Ils sont souvent moins bien payés que leurs homologues travaillant à temps plein. Il peut être difficile pour eux d'accéder aux mêmes avantages sociaux (comme l'assurance maladie ou le régime de retraite) que ceux offerts aux employés travaillant à temps plein.

Pour les employeurs, le recours au contrat de travail à temps partiel peut permettre une plus grande flexibilité en termes d'horaire et une meilleure gestion des coûts liés au personnel. Cela peut aussi entraîner certaines difficultés en matière d'organisation du travail ainsi que des risques juridiques si toutes les conditions ne sont pas respectées.

Il existe trois types de contrats de travail à temps partiel : le contrat classique où un salaire hebdomadaire ou mensuel fixe est convenu entre l'employeur et l'employé mais qui implique généralement un nombre minimal d'heures effectuées chaque semaine ou chaque mois; le CDI intermittent qui prévoit des périodes d'activité alternant avec des périodes d'inactivité; et le contrat de travail à temps partiel annualisé qui permet aux employeurs de répartir les heures de travail sur l'année en fonction des besoins saisonniers.